Rencontre

A l'occasion de son départ de Cantarelle, nous avons rencontré Sylvain Kolb qui a évoqué quelques anciens souvenirs.

Cantarelle : Sylvain, comment est-tu arrivé à Cantarelle ?
Sylvain : J'y suis arrivé à l'âge de 13 ans, en 1980, alors que la chorale existait depuis deux ans. Ce sont des copains qui faisaient partie de Cantarelle, notamment Pascal Helm, qui m'ont donné envie de venir chanter. Au début j'y allais de temps en temps. Le « déclic » s'est produit l'année suivante, lors de la retraite de la profession de foi au col du Bonhomme, où je suis retrouvé avec d'autres membres de la chorale tels que René Rietzmann ou Marie-Odile Kraus. L'ambiance était tellement géniale que ça m'a donné envie de m'investir pleinement  dans l'association… ce que j'ai fait pendant les 17 années suivantes. Voilà en bref l'histoire de mon arrivée à Cantarelle.
C. : Donc, à l'époque, la chorale recrutait pas mal de nouveaux membres à l'occasion de ces retraites de profession de foi ?
S. : Oui, parce que jusqu'en 1987, les « aînés » de l'association étaient moniteurs lors de ces retraites et profitaient de ces week-ends pour essayer d'intéresser les jeunes aux activités de la chorale. Ça permettait de ramener une vingtaine de nouveaux membres à chaque fois, dont environ la moitié restait un bon moment.
C. : Pourquoi as-tu pris la présidence de Cantarelle ?
S. : En tout cas par vocation au départ ! En 1987, après une soirée d'Amitié mal organisée, on est passé de pas loin d'une centaine de choristes à dix ! Comme vous pouvez l'imaginer la période qui a suivi a été difficile, et personne n'avait vraiment envie de prendre le poste de président en 1988 ! Donc je me suis dévoué ! Mais j'avoue que j'y ai pris goût ! La

preuve, je suis quand même resté président jusqu'en 1996 !
C. : Et comment la chorale s'est-elle sortie de la mauvaise passe dont tu parlais ?
S. : Et bien, de nouveaux membres sont venus petit à petit, mais l'association a véritablement redémarré en 1991, où on a relancé soirée d'amitié et veillée de Noël pour avoir à nouveau des objectifs et motiver les membres.
C. : Peux-tu raconter ton souvenir le plus marquant ?
S. : Ben le moment le plus marquant, c'est ma première veillée de Noël, en 1981. On avait animé la messe le jour même, à 11 h, et il a fallu monter le décor, mettre en place la sono et la lumière en une après-midi ! Hallucinant ! Ce qui m'a le plus frappé, c'est quand j'ai vu arriver une quinzaine d'énormes sapins et 3 mecs avec des tronçonneuses, et que ces types ont commencé à découper les sapins dans l'église pour faire le décor ! Sinon, mes souvenirs les plus agréables, ce sont les week-ends et les camps. Mon premier camp, c'était à Vecoux dans les Vosges. C'était de l'impro totale parce que la réservation dans les Ardennes avait été annulée une semaine auparavant. On est parti quand même et c'était tellement génial qu'on est resté une semaine de plus que prévu ! On n'a pas payé de supplément, mais à l'issue de ces 15 jours on avait un décalage horaire digne d'un voyage à l'autre bout de la terre ! P'tit déj. A 14 h, repas de midi à 21 h et dîner vers 3 h du matin… un peu décalé quoi ! Le dernier camp Cantarelle a eu lieu en 1986. Dommage qu'on n'en fasse plus.
C. : Pourquoi as-tu quitté Cantarelle cette année ?
S. : Essentiellement par faute de temps. « Aux Arts etc... » (N.D.L.R. : association dont Sylvain est président depuis qu'elle existe à savoir 1997) me prends beaucoup plus de temps que Cantarelle au niveau organisation parce que c'est une structure plus lourde à

gérer. Mais il faut avouer qu'après 18 ans à Cantarelle, je n'ai plus la même ambition : je me suis énormément investi dans cette chorale, j'ai réalisé ce qui me tenait à chœur, et maintenant j'ai envie de passer à autre chose. Et en plus, il y a d'autres personnes, plus jeunes dans l'association, qui ont envie de faire plein de choses, et je crois qu'il faut leur en donner la possibilité. En tout cas, je pars confiant parce que je sais que Cantarelle est entre de bonnes mains !
C. : A l'occasion de la dernière Assemblée Générale (octobre 1998), tu as été nommé Président d'Honneur. Qu'est-ce que ça t'a fait ?
S. : Ça m'a fait vachement plaisir ! En plus, je ne m'y attendais pas du tout car ça n'a jamais été fait à Cantarelle. Je participerai encore aux activités de Cantarelle par le biais d'« Aux Arts etc… », surtout à l'occasion de la veillée de Noël et peut-être même de la Soirée d'amitié, parce qu'on sera toujours là pour vous filer un coup de main ou pour assister à la manifestation. Je ne coupe pas du tout les ponts, je serai toujours là pour vous… même si je ne peux plus faire les dossiers avec Poupoule ! (N.D.L.R. : secrétaire de Cantarelle pendant 3 ans)
C. : En conclusion, qu'est ce que tu recommanderais ?
S. : Ce que je recommanderais à tous les membres de Cantarelle, et notamment aux « nouveaux », c'est d'éviter de former des clans au sein de la chorale, parce que ça fout systématiquement la m… Quand on arrive à Cantarelle, il faut se prendre en main et ne pas hésiter à aller vers les autres. Ce n'est pas le groupe qui doit aller vers la personne, c'est la personne qui doit aller vers le groupe. N'oublions pas qu'il s'agit d'une association ou l'individualisme n'a pas sa place. Cantarelle est accueillante, encore faut-il vouloir s'y intégrer. n

Page précédente

4

Page suivante